Les nouveaux défis et les opportunités de réutiliser le patrimoine religieux abandonné

L’édition spéciale en ligne des Cafés de la Presse du Cersaie 2020 organisés en collaboration avec de grandes maisons d’édition italiennes a accueilli dans la réunion coordonnée par Caterina Parrello et Giuseppe Maria Jonghi Lavarini, directeurs de Chiesa Oggi, le témoignage du vicaire du diocèse de Reggio Emilia – Guastalla, Mgr Alberto Nicelli, et l’architecte Mauro Severi, président du Comité Reggio Città Universitaria.

Le choix de transformer l’ancien séminaire épiscopal de Reggio Emilia en un nouveau pôle universitaire a offert au récent débat sur la réutilisation des lieux de culte abandonnés ou sous-utilisés une nouvelle occasion de réfléchir sur une valorisation différente du patrimoine culturel architectural ecclésiastique abandonné. Le but est de régénérer ce patrimoine en lui donnant de nouvelles possibilités d’agir sur le tissu urbain de la ville tout en continuant à diffuser son message religieux et à maintenir sa fonction initiale de lieu de culture et de croissance pour les jeunes.

Nombreuses sont les solutions pour réutiliser un patrimoine religieux désaffecté, mais elles doivent toutes être capables d’absorber les transformations sociales et culturelles des différentes époques qu’elles traversent. De plus, elles ne doivent pas perdre leurs exigences fondamentales de reconnaissance communautaire et elles doivent toujours rester au centre de la vie sociale pour en préserver la beauté, l’art et l’histoire.

On a longuement parlé du chemin entrepris qui a vu la participation active de toute la communauté et des principales institutions de référence, ainsi que des entreprises privées qui ont cru au projet de réutilisation et soutenu même financièrement l’initiative. En novembre 2020 (dix-huit mois seulement après le début du chantier), la première partie du projet se conclut par la livraison du premier lot, qui permettra d’accueillir quelque 2 000 personnes dans les nouveaux espaces transformés en salles de classe et laboratoires universitaires, en attendant l’achèvement des travaux du deuxième lot destiné au campus universitaire.

Le thème choisi lors de cette rencontre veut souligner que les clients, les concepteurs et les entreprises peuvent trouver de grandes opportunités de travail et de conception dans la réutilisation consciente du patrimoine religieux abandonné. Et cela peut être une grande occasion également pour le monde de la céramique et de toutes les entreprises qui, grâce à leur recherche et à l’innovation technologique, peuvent soutenir des choix durables et de qualité.

Visitez le site de Cersaie.

 

Novembre 2020