La céramique italienne et les parcours de durabilité | de Sara Seghedoni

L’industrie italienne des carreaux céramiques a toujours prêté attention aux questions de développement durable et investi dans la durabilité, aussi bien environnementale que sociale. Cette réalité se distingue par le choix des matières premières, par l’équipement des usines, par les relations avec les employés et les parties prenantes externes, la fabrication des produits et la manière dont ils sont utilisés dans les différentes applications.

Ceramics of Italy for Sustainability est une initiative menée par Edi.Cer. et Confindustria Ceramica avec Focus Lab (agence de recherche stratégique pour des solutions d’innovation durable, responsabilité sociale et économie verte) et avec le soutien du MAECI (ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale) et de l’ICE (agence pour la Promotion à l’étranger et l’Internationalisation des entreprises italiennes). Le but est de définir un plan stratégique de promotion et de communication du profil de durabilité de la céramique Made in Italy pour les carrelages, les sanitaires, la vaisselle et les briques.

Lancé en octobre 2020, le projet comprend cinq phases. La première résume les principaux éléments qui sont ressortis de la phase d’analyse de la communication institutionnelle produite au cours des dix dernières années, c’est-à-dire les valeurs enrichissantes dont seule l’industrie céramique italienne peut se targuer en ce qui concerne la durabilité environnementale et sociale. La deuxième résume les éléments révélés par le rapport de l’analyse de durabilité des différents matériaux en concurrence avec la céramique. La troisième résume les résultats d’une écoute très attentive via des groupes de discussion, des sondages en ligne et des interviews des principales parties prenantes internationales (distributeurs, concepteurs, installateurs) de l’industrie céramique italienne, afin de saisir à la fois leur perception et leurs attentes. La quatrième rend compte du positionnement de l’industrie céramique italienne par rapport aux critères internationaux de durabilité. Cette phase a également permis d’analyser son positionnement technique par rapport aux principales tendances urbaines, aux défis du secteur du bâtiment, aux modèles et aux références de durabilité qui émergent en Europe et à l’international, et de fournir des informations utiles pour la communication sectorielle. La dernière phase prévoit une élaboration du plan stratégique de communication et de promotion de Ceramics of Italy for Sustainability avec les résultats du projet.

Dans le but de mettre en évidence ses propres éléments de valeur, l’industrie céramique italienne peut miser sur certaines questions clés de durabilité environnementale et sociale. Au niveau du produit, elle peut compter sur des caractéristiques essentielles, telles que la combinaison du design Made in Italy et des critères de processus écologiques durables, l’hygiène et la salubrité, la durabilité (cycle de vie moyen de plus de 50-75 ans), la multifonctionnalité et l’aptitude à participer aux évaluations de bâtiments écologiques (crédits LEED, Well et d’autres). En matière de processus, le potentiel est contenu dans la certification environnementale ISO 14001, le règlement AMAS de l’UE, la norme ISO 50001, le changement climatique (avec une tendance à la réduction de presque tous les facteurs d’émission dans l’atmosphère), l’approche de l’économie circulaire (en utilisant totalement les déchets issus des cycles de production internes et externes), une moindre utilisation des matières premières pour les émaux et, enfin, la réduction des besoins en eau et en énergie grâce à la décoration numérique.

Viennent ensuite d’importants partenariats de la chaîne d’approvisionnement avec des écoles, des universités, des communautés, des centres de recherche, la mise en réseau des entreprises et l’engagement communautaire. Sans oublier l’importance que le secteur de la céramique consacre à la planète, avec le processus de décarbonation, l’économie circulaire et la mobilité des marchandises et des personnes, en utilisant le transport ferroviaire comme alternative au transport routier. En ce qui concerne la durabilité sociale, la céramique accorde une attention particulière au bien-être et à la prospérité de l’entreprise, au développement du capital humain et à l’expérience client.

Parmi les objectifs stratégiques dans le domaine de la communication, toutes les parties prenantes voient la nécessité de consolider les points forts existants en matière de durabilité des produits et des processus, d’introduire des contenus de durabilité adaptés aux différentes parties prenantes et d’intégrer des outils de communication pour promouvoir le profil de durabilité. Au niveau sectoriel, les objectifs se concentrent sur la possibilité d’intégrer plusieurs dimensions de gestion, de renforcer la durabilité tout au long de la chaîne de production et d’approvisionnement et d’activer des partenariats sur des projets d’innovation durable.

Dans le cadre du projet, une analyse FFOM (forces, faiblesses, opportunités, menaces) a également été réalisée sur les points forts de la céramique italienne et les opportunités du profil de gestion durable de la céramique en général. Cette analyse approfondie montre que les principaux points forts résident dans la culture et la durabilité des produits, dans les processus de recyclage, dans l’efficacité énergétique, dans les certifications de produits verts et dans les normes d’évaluation internationales. Parmi les opportunités, il convient d’accorder plus de place aux nouvelles politiques et aux nouveaux scénarios urbains, aux projets de villes intelligentes et de régénération urbaine, à la reconversion des bâtiments et aux nouveaux partenariats multi-acteurs.

 

 

Voir aussi:  » La céramique européenne à l’horizon 2050  »

 

Mars 2022