La manière italienne. Histoires de patrimoine, de marque et de marketing | de Maria Teresa Rubbiani

Article publié sur : "Histoires de patrimoine, de marque et de marketing"

Dans un moment difficile comme celui-ci, l’industrie italienne de la céramique nous invite à explorer la beauté, à nous immerger dans les couleurs, à nous plonger dans les histoires d’entreprises, d’idées, de collaborations avec l’art, le design et l’architecture. C’est une histoire bien italienne qui dure depuis plus de soixante-dix ans et que le monde entier nous reconnaît. C’est une histoire de créativité et de qualité, née de la ténacité et du désir de rédemption du Bel Paese et qui a introduit dans la vie contemporaine un modèle de modernité agréable, comme l’affirme Daniele Balicco, l’un des invités de l’initiative.

Le monde de la céramique industrielle italienne est un continent et, pour l’explorer, il faut un outil : l’Atlante della ceramica italiana (*). Cette publication raconte l’histoire des entreprises italiennes et de leurs produits qui, dès l’après-guerre, ont gagné le monde entier et contribué à la diffusion du Made in Italy et de la Manière italienne de vivre la modernité. L’Atlante peut également être un outil marketing dans le domaine du patrimoine de la marque.

La Manière italienne a été racontée lors d’une rencontre en ligne  à travers le témoignage et la contribution d’entrepreneurs du secteur de la céramique et de protagonistes du débat sur le Made in Italy, l’architecture contemporaine et le monde de l’habitat.

L’initiative s’inscrit dans le cadre du programme culturel du Cersaie Bâtir, Habiter, Penser qui, en 2020, a proposé à son public plusieurs rendez-vous en ligne, impliquant le monde du design et de l’architecture et offrant une occasion de réfléchir sur l’habitat contemporain.

La réunion proposait la projection d’une vidéo inédite intitulée Atlante della Ceramica Italiana, Superfici per l’architettura e lo spazio urbano dal 1945 al 2018 (Atlas de la céramique italienne, surfaces pour l’architecture et l’espace urbain de 1945 à 2018), organisée par la cinéaste Francesca Molteni.

Le rendez-vous a recueilli le témoignage de deux entreprises historiques du secteur italien de la céramique, qui ont valorisé leur production entre autres en racontant leur patrimoine historique et en investissant dans des aménagements de musées ouverts au public.

Lelio Poncemi, DG de Marca Corona, et Patrizia Famiglietti, directrice de création chez Ceramica Francesco De Maio, ont expliqué le motif de ce choix et les initiatives développées. Fulvio Irace, historien de l’architecture et professeur à l’école polytechnique de Milan, a ensuite illustré le contenu de l‘Atlante della Ceramica, publication sortie en 2019 dont il est l’éditeur.

La réunion s’est poursuivie par une réflexion consacrée au Made in Italy menée par Daniele Balicco, chercheur en Théorie de la littérature au département de Philosophie, Communication et Spectacle de l’Université de Rome3 et Andrea Cancellato, ancien directeur de la Triennale de Milan et actuellement chef de projet chez Adi Design Museum. La rencontre s’est terminée par un exposé de Maria Canella, professeur à l’Université de Milan et commissaire, au sein de l’Atlante, du Focus dédié à la relation entre les surfaces céramiques et le monde de la mode.

La conférence numérique Modo Italiano a été réalisée avec le soutien de ICE-Agenzia et du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.

(*) L’Atlante della Ceramica Italiana a été réalisé dans le cadre du progetto Mater Ceramica grâce à un financement du MISE (ministère du Développement économique) en application de la loi 188 du 9 juillet 1990. Partenaires du projet : Confindustria Ceramica, Museo Internazionale della Ceramica di Faenza, Associazione Italiana delle città della ceramica, Centro Ceramico.

Janvier 2021