L’industrie céramique italienne à l’horizon 2030 | de Walter Sancassiani et Loris Manicardi - Focus Lab

Une nouvelle référence pour le développement durable et la compétitivité internationale des entreprises

La concurrence internationale veut dire aussi s’aligner sur les nouveaux objectifs internationaux en matière de développement durable. Les Nations unies et 193 gouvernements ont signé le Programme de développement durable à l’horizon 2030 avec 17 objectifs spécifiques (Objectifs de Développement Durable – ODD) répartis en 169 cibles à atteindre d’ici 2030.

Le monde des affaires – en tant que réseaux et/ou entreprises individuelles – a lui aussi lancé des initiatives dans les différents pays pour se positionner sur ces ODD, afin d’élargir et de montrer aux différents stakeholders de référence une approche intégrée des différentes dimensions de la durabilité, facteur de confrontation commerciale et de compétitivité responsable.

L’Agenda 2030-ODD est un résumé du cadre de référence et du benchmarking international des engagements sous plusieurs aspects et thèmes de la durabilité économique, sociale et environnementale. Il s’applique aux différents ordres de gouvernement, aux entreprises de différentes tailles, aux secteurs industriels et à la société civile.

Les 17 ODD et les 169 cibles thématiques de référence présentent des caractéristiques différentes : leur dimension est mondiale et locale, ils se mesurent à l’aide d’indicateurs métriques appropriés, ils sont évolutifs et adaptables aux entreprises de tailles et de secteurs différents. Ils incluent de nouveaux concepts et relèvent de nouveaux défis planétaires tels que l’économie circulaire, la résilience, la ville intelligente et la nouvelle architecture, la production et la consommation durables, la recherche et l’éducation, l’inclusion et l’innovation sociales, la formation de qualité, le bien-être des salariés, les actions pour les changements climatiques.

 

Les nouvelles opportunités

Les entreprises de différents secteurs industriels jouent un rôle clé dans la réalisation des 17 objectifs, en matière de solutions, et peuvent mobiliser des ressources, mettre à disposition un savoir-faire gestionnaire et technologique, de nouveaux produits et des services innovants ayant un faible impact environnemental et social. Elles offrent également de nouvelles opportunités commerciales pour le développement de nouvelles solutions et des services pour relever les défis économiques locaux et mondiaux. En Italie, Confindustria a promu en 2018 le manifeste « L’Industrie 4.0 et la Responsabilité Sociale des Entreprises », avec un appel à l’engagement pour les différents objectifs de développement durable à l’échelle italienne.

Les opportunités sont nombreuses : meilleure intégration gestionnaire, meilleures relations, réputation de la marque, nouveaux services, réduction des risques, engagement des employés/ fournisseurs/ clients, nouveaux partenariats, distinction commerciale, alignement sur les critères et notation financière mondiale sur les impacts économiques, sociaux et environnementaux du développement durable.

Une campagne européenne, Appel à l’action des PDG, est également en cours pour mobiliser le monde des affaires afin qu’il s’engage davantage sur les défis du développement durable en vue du lancement de l’Alliance industrielle pour le développement durable, prévu au printemps 2020 à l’échelle européenne.

 

L’Agenda 2030 et l’Industrie céramique – 52 projets transversaux

L’industrie céramique italienne, avec ses entreprises individuelles ou sectorielles, peut également inspirer et renforcer ses actions de développement durable par rapport aux 17 objectifs et 169 cibles.

Début 2019, Confindustria Ceramica a promu une première revue de secteur, réalisée par Focus Lab, afin de mettre en évidence les principales actions réalisées, déjà en accord avec plusieurs ODD. Le premier examen quantitatif fait état de 55 projets, initiatives et pratiques pertinentes et volontaires (en plus des obligations légales) développés par le secteur au cours des dernières années, avec une approche transversale.

En résumé, les 55 projets sélectionnés contribuent à la réalisation de 9 objectifs sur 17. Notamment les engagements dans la mise en œuvre de l’objectif 12 (Consommation et Production responsables) avec 22 pratiques-projets, l’objectif 9 (Industrie, innovation et infrastructures) avec 7 projets et l’objectif 8 (Travail décent et croissance économique) avec 6 initiatives.

La revue de secteur réalisée est l’un des premiers cas en Italie et permet de positionner qualitativement l’industrie céramique italienne, avec deux objectifs fondamentaux : le premier vise à définir et à distinguer les principales actions de durabilité réalisées et en cours dans le secteur à plusieurs niveaux (gestion verte, santé-sécurité, certification de produits écologiques, éducation avec Mondo Scuola, évènements culturels) vis-à-vis des différents stakeholders clés – clients, concepteurs, influenceurs, employés, fournisseurs, administration publique, organismes de contrôle, instituts de recherche, agences de promotion commerciale.

Le second objectif est de s’inspirer des ODD et d’identifier de nouveaux domaines de développement et de nouvelles actions en vue d’une amélioration continue et d’une durabilité intégrée, avec des cibles pour les entreprises individuelles et sectorielles, des mesures d’évaluation et avec une vision et un profil d’entreprises qui créent une valeur locale et globale.

 

Juillet 2019